RAFALE MARINE

Voici le montage d'un Rafale M. Il s'agit d'un kit Revell au 1/48.

J'avais choisi au départ de le présenter en phase d'appontage mais je me suis vite rendu compte de la difficulté de la chose, notamment sur le fait de le faire tenir avant de toucher le pont sur la phase d'atterrissage. 

Je me suis décidé de le présenter en phase de décollage. Le pont est en carton plume agrémenté de leds.

1  2

3  4

5  10

A  B

C  D

E  F

G  H

I  J

K

 

 

Un peu d'histoire :

Le Rafale de Dassault Aviation est un avion de combat multirôle développé pour la Marine Nationale et l Armée de l’Air française et livré à partir du 18 mai 2001.

À la fin des années 1970, les forces armées française expriment un besoin d'un nouvel avion de combat polyvalent qu'il est envisagé de développer avec l’Allemagne de l’Ouest le Royaume Uni, l’Espagne et l’Italie, mais les divergences de besoin, notamment la capacité d'opérer depuis un porte-avions, amènent la France à s'en désolidariser en 1985. Le démonstrateur Rafale A vole le 04 Juillet 1986 et le programme est lancé le 26 janvier 1988 : le monoplace Rafale C vole le 19 mai 1991, la version marine M le 12 décembre de la même année et le biplace B le 30 avril 1993.

Le coût total du programme est de 46,4 Md€.

L'avion est à aile delta et plans canard, à commandes vocales électriques et utilise des éléments de furtivité passive et active; il est équipé d'un radar à balayage électronique RBE2 et de deux moteurs Snecma M88. Pour la supériorité aérienne, il utilise des missiles air-air et un canon, en bombardement tactique des bombes guidées laser, des missiles de croisière, des missiles antinavires, et en bombardement stratégique un missile nucléaire.

La France a prévu de commander 286 appareils dont 58 pour sa Marine. Au 09 juillet 2015, 140 avions ont été livrés sur les 180 commandés au titre des 4 premières tranches. Le 16 février 2015, l’Egypte commande 24 appareils, dont 3 ont été livrés dès juillet 2015. Le 04 mai 2015 le Qatar commande 24 appareils. Bien que le 10 avril 2015 l’Inde ait annoncé par la voix de son premier ministre son intention d'acheter 36 appareils, les discussions tardent à déboucher sur une commande effective.

Le Rafale a réalisé des missions de bombardement durant la guerre d’Afghanistann (2001-2014), lors de l’opération Serval au Mali et de l’opération Chamnal contre l'état islamique en Irak, d'interdiction et de bombardement au cours de l’intervention militaire de 2011 en Lybie. À la suite d'erreurs de pilotage ou de défaillances physiques, cinq appareils ont été perdus en 2007, 2009, 2010 et 2012, causant la mort de deux pilotes.

La Marine Nationale dispose d'une version spécifique du Rafale, dénommée Rafale M (pour « Marine »), en raison de la particularité des opérations menées à partir d'un porte-avions. Deux prototypes de cette version, les Rafale M01 et M02, sont commandés le 06 décembre 1988. Le M01 effectue son premier vol le 12 décembre 1991 piloté par Yves Kerhervé, pilote d'essai marine chez Dassault. D'une livrée grise, il est quasi identique au Rafale C01. Les 39 premiers tests de catapultage et 14 premiers tests d'appontage simulés sur piste (ASSP) sont effectués du 8 juillet au 23 septembre 1992 aux États-Unis sur la base du Naval Air Warfare Center de Lakehurst dans le New Jersey puis de celui de Patuxent River dans le Maryland. Ces bases d'essais disposent d'une piste équipée d'une catapulte identique à celles des porte-avions américains et permettent de simuler des catapultages à partir de la terre. Deux autres campagnes d'essais avec des charges lourdes seront effectuées aux États-Unis en janvier et mars 1993.

Le 19 avril 1993 à 14h43 sur le Foch, Yves Kerhervé effectue le premier appontage d'un Rafale M et le lendemain le premier catapultage d'un Rafale M est effectué, le Foch ayant été équipé d'un mini-tremplin afin de compenser sa plus faible longueur par rapport au futur porte-avions nucléaire Charles de Gaulle.

Le 08 novembre 1993 Eric Gérard, lui-même pilote d'essai marine de Dassault et qui deviendra le pilote de présentation Rafale dans les meeting aériens dans les années suivantes, effectue le premier vol du second prototype M02 sur la base d'Istres. L'année suivante les prototypes M01 et M02 effectuent les premiers tests sur le porte-avions Foch.

Les tests d’appontage sont ensuite effectués en France sur la base d'Istres avec des "touch and go" sur le porte-avions Foch naviguant à 50 km au sud de Marseille.

Après deux ans de tests, en 1996 le gouvernement français qui a décidé de vendre le porte-avions Foch à l'Argentine demande le décalage de la livraison des premiers Rafale, tous destinés à la Marine nationale, avec les premières réceptions en l'an 2000 au lieu de 1998 comme prévu préalablement.

Le M02 reprend les tests d'appontage et de catapultage en juin 1999, dorénavant sur le nouveau porte-avions nucléaire Charles de Gaulle lui-même en période de test quelques jours avant la livraison du premier Rafale de série, le M1.

Les trains d’atterrissage principaux Messiers-Bugatti-Dowty sont renforcés, le poids du train avant passe de 50 kg à 200 kg, afin de pouvoir absorber une énergie verticale d'appontage correspondant à une vitesse de 6,5 mètres par seconde (soit 23,4 km/h). Pour l'envol à partir d'un porte-avions, le choix d'une barre de catapultage à la place des élingues accrochées au fuselage oblige à renforcer également le caisson du train avant (en titane et acier haute résistance), plus sollicité. L’amortisseur est doté d'un dispositif « train sauteur » qui permet d'emmagasiner de l'énergie lors du catapultage et de la restituer en bout de pont d'envol. Cette technologie sera conservée sur les Rafale de série qui sont les seuls avions au monde à disposer de cette technologie qui associée à l'automatisation de la séquence de catapultage jusqu'à une altitude de 100 m, permettent d'améliorer le catapultage, tout en le simplifiant. L'accélération au catapultage est de 5,5 G et la vitesse de sortie est de 140 nœuds (>260 km/h).

La technologie du train d'atterrissage avant – à laquelle s'ajoutent des astuces comme la rotation à 360° des roues à l'arrêt ou de ±75° lors de la rentrée – et son encombrement obligent à réduire les points d'emport d'armement de 14 à 13 par rapport au C01. Les Rafale M01 et M02 sont, en outre, dotés d'une crosse d’appontage plus lourde que celle utilisée pour les atterrissages d'urgence du Rafale C01 et capable d'absorber une traction de 75 tonnes lors de l'arrêt sur porte-avions, d'une échelle télescopique repliable dans le fuselage, de deux batteries au lieu d'une et, en bout de dérive, du système inertiel infrarouge (hybridé GPS) d'alignement à la mer TELEMIR de Sagem Défense Sécurité.

Au final un Rafale M pèse 700 kg de plus qu'un Rafale C, mais en vol il n'y a aucune sensation différente pour le pilote. La masse maximale au décollage sur piste reste celle des Rafale C et B, soit 24,5 tonnes (mais limitée à 21,5 tonnes lors d'un catapultage de Rafale M), les vitesses maximales à basse ou haute altitude, la vitesse minimale d'approche, les facteurs de charges positifs et négatifs, les distances d'atterrissage, restent identiques et le canon Giat 30M791 est toujours présent.

Une des rares restrictions concerne les missions de frappe stratégique par missiles de croisière SCALP, les Rafale M n’emporteront qu'un seul missile au catapultage au lieu de deux pour les mêmes missions effectuées à partir de la terre afin de leur permettre de revenir apponter avec le missile non tiré en cas d'interruption de la mission12.

La présence de deux moteurs de 75 kN de poussée chacun sécurise les catapultages, en cas de panne d'un moteur le pilote n'a pas besoin de s'éjecter mais peut continuer son catapultage puis apponter sur un seul moteur.

6  7

8  9

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dassault_Rafale

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×